La construction d’un dépôt de la STIB sur le site Marconi-SAIT

La STIB désire construire un nouveau dépôt de trams sur le site Marconi-SAIT à la frontière des communes de Forest, Drogenbos et Uccle. Il va sans dire que cela causera des nuisances importantes pour les riverains. La commission de concertation a demandé une étude d’incidence et la recherche de pistes alternatives. Le temps presse et il est important de savoir vers où nous allons et ce que, notamment, la commune de Forest fait pour garantir le bien-être des forestois.

Interpellation de Marc Loewenstein, Conseiller communal MR-FDF, au Collège des bourgmestre et échevins de la commune de Forest

Concerne : L’évolution du dossier de construction d’un dépôt de la STIB sur le site Marconi-SAIT

Il y a deux ans déjà, lors du conseil communal du 25 septembre 2007, j’interpellais le collège sur les projets de la STIB de construire deux nouveaux dépôts de trams, l’un à Haren, l’autre sur le site Marconi-SAIT, à cheval sur les communes de Forest, Uccle et Drogenbos.

Le 6 juillet dernier, le conseil communal s’est encore penché sur la question à la suite d’une interpellation du public. Interpellation tout à fait justifiée compte tenu des nombreuses nuisances que devront subir les riverains de ce futur dépôt de 75 trams et de l’atelier technique en accueillant 15 autres.

La commission de concertation qui se réunissait en juin dernier recommandait au gouvernement bruxellois une étude d’incidences ainsi que l’étude de pistes alternatives.

Vu l’article dans la DH du 23 septembre dernier et l’annonce d’un projet « mort-né », mon interpellation pourrait, à première vue, ne plus avoir de sens. Cependant, à la lecture de l’article, on découvre que le projet est loin d’être mort ou abandonné et la STIB reviendra réimposer son projet tôt ou tard.

Nous savons que, même si les délais s’allongent, la STIB est pressée de construire ce dépôt. Les 3 communes, Forest, Uccle et Drogenbos, doivent se serrer les coudes et rester solidaires pour garantir le bien-être de leurs citoyens.

Cela fait que depuis quelques jours que l’on sait que le projet est postposé et cela n’enlève évidemment rien à l’intérêt et au sens de mes questions.

J’aimerais donc savoir quelles actions ont été menées par la commune de Forest, en collaboration éventuelle avec les communes d’Uccle et de Drogenbos et si de nouvelles pistes ont été explorées ?

Lors du conseil communal du 6 juillet, le collège déclarait dans sa réponse qu’il étudierait toutes les pistes, qu’il exigerait des mesures d’accompagnement strictes en cas de construction du dépôt et qu’il n’abandonnerait pas l’idée d’intenter un recours.

Or, le vendredi 11 septembre dernier, une réunion a été organisée pour réunir tous les partenaires du projet, excepté la STIB, pour trouver une solution alternative et, en l’occurrence, un nouveau site. Une convocation à cette réunion a été envoyée le mercredi 19 août dernier à la Bourgmestre. Soit trois semaines avant ladite réunion.

Lors de cette réunion, étaient présents : tout le collège de Drogenbos, le bougmestre d’Uccle ainsi que l’échevin compétent, des représentants d’Audi Forest et d’Aviland, propriétaire du terrain sur lequel une solution alternative pouvait être trouvée.

Pour la commune de Forest, aucun politique, ni la Bourgmestre, ni l’échevin compétent, ni même un autre échevin pour représenter le collège ! Sans dénigrement aucun, il n’y avait, pour représenter Forest qu’un fonctionnaire.

Qu’il s’agisse d’un malentendu, d’un manque de communication ou d’autre chose, cette absence de décideurs politiques est inquiétante de la part d’un collège qui avait l’air plutôt décidé, le 6 juillet, à trouver une solution pour les riverains.

J’aimerais donc savoir pourquoi aucun membre du collège n’était présent pour représenter Forest et les intérêts de ses habitants lors de la réunion du 11 septembre.

Je remercie le Collège pour ses réponses.

Marc Loewenstein