Insécurité dans les logements sociaux

La presse a dernièrement fait état de problèmes de voisinage et d’agressions dans un immeuble de logements sociaux, rue Prosper Matthijs, à Forest.

Cette situation n’est pas isolée. Elle reflète un malaise et un sentiment d’insécurité chez certains locataires.

Dans un Etat de droit comme le nôtre, la sécurité des citoyens doit être garantie et l’autorité publique en est le garant.

C’est en ce sens que j’interpelle le Collège de Police sur les actions qu’il mène pour ramener, en collaboration avec les services de la prévention des communes concernées, la sécurité et la tranquillité dans les logements sociaux visés.

Interpellation de Marc Loewenstein, chef du groupe MR au Conseil de Police, à l’attention du Collège de Police de la zone MIDI (Anderlecht – Forest – Saint-Gilles)

Concerne : Insécurité dans les logements sociaux

Dans son édition de la semaine du 25 avril 2011, l’hebdomadaire Vlan reprend les témoignages de plusieurs personnes vivant des expériences difficiles dans certains logements sociaux de Forest.

Ce qui nous préoccupe plus particulièrement au niveau de la zone de police, c’est le témoignage d’une personne habitant dans un logement social de la rue Prosper Matthijs. Ce dernier évoque des problèmes de voisinage et des agressions entre locataires.

Le témoin précise, je cite, que « la police ne vient même plus quand on l’appelle tellement ils sont habitués » et que, je cite toujours, « je vais finir par commettre un crime ».

Il n’est certes pas possible de régler toutes les situations conflictuelles entre voisins et de faire disparaître les problèmes d’insécurité en un coup de baguette magique mais, dans un Etat de droit, l’autorité publique se doit de tout mettre en œuvre pour garantir la sécurité de tous ses citoyens.

L’exemple évoqué n’est sans doute pas le seul du genre. Je ne connais ni l’historique du conflit, ni les personnes concernées. Je sais néanmoins que si on laisse pourrir de telles situations, cela peut mener à des drames. Nous ne pouvons l’ignorer et devons faire en sorte de ne pas en arriver là.

J’aimerais dès lors interroger le collège sur le suivi effectué par la police, en coordination éventuelle avec les services de prévention concernés, des conflits graves de voisinage dans les logements sociaux situés sur le territoire de notre zone (Anderlecht, Forest, Saint-Gilles).

Pour ce qui concerne l’exemple cité :

  • Est-il vrai que la police appelée sur les lieux ne se déplace plus « tant elle est habituée » ?
  • Des actions particulières ont-elles été menées par la police dans les logements sociaux de l’avenue Prosper Matthijs ? De nouvelles actions sont-elles prévues ?

De manière plus générale :

  • La zone de police a-t-elle prévue des actions particulières concernant l’ensemble des problèmes d’insécurité dans les logements sociaux situés sur son territoire ou ne réagit-elle qu’au cas par cas, lorsqu’il est fait appel à elle ?

Je remercie le Collège pour ses réponses.

Marc Loewenstein