Le développement de l’offre de la SNCB à Bruxelles

Certaines lignes SNCB sont largement sous-utilisées. Si elles permettent de rallier rapidement un point A à B, force est de constater que, aujourd’hui, les fréquences sont trop faibles.

Ma question vise à interroger le ministre de la mobilité pour voir dans quelle mesure la STIB ou un opérateur privé conventionné pourrait améliorer cette offre de transport.

Question orale de M. Marc LOEWENSTEIN, Député bruxellois DéFI, à M. Pascal SMET, Ministre, chargé des Travaux publics, de la Mobilité et des Transports.

Concerne : L’exploitation du réseau SNCB par la STIB ou un opérateur privé conventionné

La congestion automobile pousse encore et encore les pouvoirs publics à redoubler d’efforts pour améliorer l’offre des transports publics. Je pense ici aux bus, trams et métros de la STIB, mais aussi aux trains qui peuvent constituer une alternative efficace à la voiture.

Or, force est de constater que certaines lignes sont aujourd’hui toujours sous-utilisées. Et je me focalise ici plutôt sur les lignes de train à l’intérieur de Bruxelles.

Vous êtes souvent interrogé sur l’état d’avancement du RER, rebaptisé réseau S. C’est aussi l’occasion de faire aujourd’hui le point sur l’efficacité de réseau ferré à l’intérieur de Bruxelles et de voir dans quelle mesure la STIB ou un opérateur privé conventionné pourrait l’améliorer.

Je prends ici quelques exemples démontrant à la fois l’efficacité et la sous-utilisation du train à Bruxelles :

-  grâce à la ligne S1, en 12 minutes, on peut aller d’Uccle-Stalle à la Gare Centrale. Or, il n’y a qu’un train par heure ;
-  la ligne S4 relie quant à elle Berchem-Sainte-Agathe à Bockstael en 15 minutes. Seulement, toujours que un train par heure ;
-  enfin, la ligne S5 relie Meiser à Saint-Job en 17 minutes seulement. Or, il n’y a ici aussi qu’une seule ligne par heure, et ce, jusqu’avant 19 heures.

Il s’agit ici de quelques exemples qui démontrent bien une situation dommage compte tenu des capacités du réseau.

A moins de respecter une routine quotidienne bien définie, ces faibles fréquences n’encouragent pas les usagers à utiliser davantage ce mode de transport.

Une solution pour que les lignes intra-bruxelloises existantes soient davantage exploitées serait de permettre l’exploitation, par la STIB ou par un opérateur privé conventionné, des rails de la SNCB à sa place, puisqu’elle-même ne met pas les moyens à l’intérieur de Bruxelles.

Dès lors, Monsieur le Ministre, pourriez-vous m’indiquer :

  • si cette option a déjà été étudiée en interne à la STIB ou abordée au niveau du gouvernement ?
  • la position du gouvernement par rapport à cette possibilité pour la STIB ou un opérateur conventionné d’exploiter les rails de la SNCB ?
  • si vous ne prévoyez pas d’envisager une telle option, quelles sont les actions entreprises par le Gouvernement auprès de la SNCB pour augmenter la fréquence des lignes intra-bruxelloises ?

Marc LOEWENSTEIN

Pour découvrir le compte rendu des débats, cliquez ici et choisissez la Commission de l’Infrastructure du 25/04/2016. Il est disponible quelques jours après la date du débat.

Dans la même rubrique :

 


Restez informés