L’avancée des travaux sur le site Reyers

Les riverains, les associations, les différents usagers, mais aussi les communes concernées, sont préoccupés par le planning de la poursuite de la démolition du viaduc Reyers, des travaux de réaménagement du Boulevard Reyers et de la place Meiser.

Ma question vise à obtenir des précisions sur l’agenda des travaux et leur impact sur la mobilité.

Question orale de M. Marc LOEWENSTEIN, Député bruxellois DéFI, à Monsieur Pascal SMET, Ministre en charge de la Mobilité et des Transports publics.

Concerne : L’avancée des travaux sur le site Reyers

Monsieur le Ministre,

Vous répondiez récemment à une question écrite de mon collègue B. Clerfayt concernant « le planning de la poursuite de la démolition du viaduc Reyers, des travaux de réaménagement du Boulevard Reyers et de la place Meiser ». Votre réponse amène, néanmoins, de nouvelles interrogations à lire certainement au regard des préoccupations des citoyens, des associations, des communes concernées mais aussi des différents usagers.

Vous avez retracé plusieurs éléments. Ainsi des retards ont été causés par la découverte d’amiante dans la peinture de protection du viaduc. Le tablier a été démoli fin octobre (du 26/10 au 8/11) plutôt que début octobre. Egalement, nous apprenons que les travaux de démolition des rampes ont commencé le 21 mars et s’achèveront en septembre 2016, à la place du délai initialement prévu de février – mai 2016.

Par ailleurs, vous évoquez la problématique des tunnels Reyers, le programme pluriannuel d’investissement et les travaux de remplacement de toiture des tunnels de liaison entre Reyers et la E40 qui viendront retarder encore davantage le planning de travaux. Vous précisez que le dossier est à l’examen auprès de l’administration en vue de rendre cohérent les travaux de rénovation de surface et les travaux au sein des tunnels.

Aujourd’hui, vous annoncez que « le réaménagement provisoire des lieux ne pourra avoir lieu en juin 2016 ». En revanche, vous maintenez l’objectif d’un réaménagement définitif du Boulevard Reyers pour 2018.

Dans la situation actuelle, les usagers et les riverains des communes concernées souffrent au jour le jour des désagréments liés à une mobilité dégradée. Le constat doit être posé. Aujourd’hui, les deux axes Nord-Sud de la Région sont coupés : d’une part, l’axe de moyenne ceinture à hauteur de Montgomery et de Reyers et, d’autre part, le boulevard de la Woluwe entre le musée du tram et le Shopping et, en Flandre, à hauteur de la Chaussée de Louvain. En conséquence, les artères locales des communes de Woluwe-Saint-Lambert et de Woluwe-Saint-Pierre sont saturées et c’est, surtout, la mobilité globale de notre Région qui en pâtit. Saga RER, tunnels, rien ne semble épargner notre Région en matière de mobilité.

Compte tenu de ce qui précède, Monsieur le ministre, mes questions sont les suivantes :

  • Pouvez-vous nous confirmer ou infirmer cet agenda notamment au regard des derniers éléments ? Nous pensons notamment ici aux conclusions de l’administration quant à la coordination des travaux de surface et ceux des tunnels. Egalement, vous annonciez diverses réunions pour valider les interventions à réaliser. Quid à cet égard ? Qu’en est-il par ailleurs du timing du dossier Meiser et de l’étude relative à l’E40 ?
  • Les enjeux étant nombreux, certainement pour les communes concernées, quelles sont les différentes initiatives que vous avez prises à l’attention de toutes les communes directement et indirectement impactées par la prolongation des travaux sur le site Reyers ? Quand bien même toutes les données ne seraient pas pleinement en votre possession, avez-vous entrepris des actions envers ces communes en vue d’améliorer leurs sorts ? Eventuellement, quelles sont les pistes pour restaurer les axes Nord-Sud ?
  • Quid de la célérité des travaux. Il semblerait que l’on passera directement à un aménagement définitif du site ? Quels sont les choix qui ont été opérés auprès des entrepreneurs en vue de garantir la rapidité mais aussi la qualité et la sécurité des travaux ?
  • Par ailleurs, force est de constater qu’en se rendant sur place, très peu de personnel s’active sur ce chantier et l’horaire de travail semble limité à l’horaire classique. Dès lors, n’y a-t-il pas lieu d’imposer un travail en trois poses avec travail le samedi et le dimanche ? N’y a-t-il pas lieu d’imposer de travailler pendant les congés du bâtiment ? Quelles sont les raisons qui justifient un travail 24h sur 24 au tunnel Louise et pas au complexe Reyers ?
  • Sur le plan technique, ne peut-on pas prévoir la pose d’un platelage provisoire pour disposer de deux bandes de circulation dans chaque sens ?

Je vous remercie déjà pour vous réponses.

Marc LOEWENSTEIN

Pour découvrir le compte rendu des débats, cliquez ici et choisissez la Commission de l’Infrastructure du 13/06/2016. Il est disponible quelques jours après la date du débat.

(Source photo : Belga)

Dans la même rubrique :

 


Restez informés