Le respect du principe de la tirette à Bruxelles

Depuis le 1er mars 2014, en cas de rétrécissement de voirie, le principe de la tirette doit s’appliquer.

Cette règle de courtoisie, nécessaire pour fluidifier le trafic routier, est peu appliquée, peut-être aussi parce que peu connue...

L’IBSR nous informe qu’à la suite d’une enquête menée auprès de conducteurs belges, le principe de la tirette est davantage connu en Région flamande (98%) qu’en Wallonie (83%) et à Bruxelles (79%).

Ma question porte donc sur les actions de communication et de sensibilisation réalisées ou à lancer en Région bruxelloise.

Question orale de Monsieur Marco Loewenstein, Député bruxellois DéFI, à Madame Bianca Debaets, Secrétaire d’Etat en charge de la Coopération au Développement, de la Sécurité routière, de l’Informatique régionale et communale et de la Transition numérique, de l’Egalité des Chances et du Bien-être animal

Concerne : Le respect du principe de la tirette sur les routes régionales bruxelloises et la création d’un panneau spécifique

Madame la Secrétaire d’Etat,

Je souhaiterais vous interroger ce jour sur le respect du principe de la tirette. Ma question fait suite à un article de presse récent qui rappelle que 148 infractions au principe de la tirette ont été verbalisées en Belgique, dont 61 en 2014 et 87 en 2015. Le principe, entré en vigueur le 1er mars 2014, semble particulièrement méconnu par de nombreux automobilistes. Par ailleurs, il semble y avoir un certain degré de tolérance en matière de répression. Manifestement, seuls les cas les plus graves feraient l’objet d’une verbalisation.

Pour rappel, l’article 12bis du Code de la route dispose que « les conducteurs qui lorsque la circulation est fortement ralentie, circulent sur une bande de circulation qui prend fin ou sur laquelle la circulation est interrompue, peuvent s’intercaler sur la bande libre adjacente seulement juste devant le rétrécissement. Les conducteurs qui circulent sur cette bande libre, doivent céder tour à tour, juste devant le rétrécissement, la priorité à un conducteur qui s’intercale ; si la circulation est interrompue aussi bien sur la bande de gauche que sur celle de droite, la priorité doit être cédée à un conducteur qui se trouve sur la bande de droite et ensuite à un conducteur qui se trouve sur la bande de gauche ». Le principe de la tirette est d’application pour tous les conducteurs, quel que soit le type de véhicule utilisé et sur toutes les routes dont deux bandes de circulation au moins sont affectées à un même sens de circulation.

Les travaux de cet été sur des tronçons régionaux, je pense notamment aux chantiers sur l’axe Montgomery-Reyers qui sont toujours en cours, devaient amener les automobilistes à appliquer cette règle de courtoisie nécessaire pour fluidifier le trafic routier. Néanmoins, force est de constater que sur ces chantiers, ils n’existent pas d’information spécifique à destination des automobilistes pour rappeler la règle, aujourd’hui coulée dans notre arsenal législatif. Un rappel qui au regard de la méconnaissance ou du non-respect de la règle s’avérerait particulièrement nécessaire et salutaire. Un autre exemple : le chantier de cet été sur le viaduc Anderlecht-Industrie sur le Ring de Bruxelles (RO) lequel n’était pourvu d’aucune signalisation quant au respect du principe de la tirette. Conséquence : de sérieuses difficultés pour la fluidité du trafic à cet endroit ! Je pourrais multiplier les exemples.

Dans un communiqué de presse du 1er mars 2016, l’IBSR nous informe qu’à la suite d’une enquête menée auprès d’un échantillon représentatif de conducteurs belges, le principe de la tirette est davantage connu en Région flamande (98%) qu’en Wallonie (83%) et en Région bruxelloise (79%).

A la suite de la 6ème Réforme de l’Etat, Bruxelles a un rôle à jouer en matière de sensibilisation. Notre Déclaration de politique régionale ne dit pas autre chose.

Enfin, vous avez certainement été informée de cette grande campagne de sensibilisation et de communication qui a été menée par l’Agence flamande des Routes et du Trafic sous le label « Ritsen doe je zo » qui explique, au moyen de clips vidéos, de spots radios et d’illustrations diverses, quand et comment s’applique le principe de la tirette. Par ailleurs, en Flandre, des panneaux de signalisation spécifique ont été créés et installés pour signaler et rappeler aux automobilistes l’application du principe de la tirette.

Compte tenu de ce qui précède, mes questions sont donc les suivantes :

  • Au regard de ce qui a par exemple été organisé en Flandre, la direction Sécurité Routière de Bruxelles-Mobilité prévoit-elle de mener des actions de communication et de sensibilisation à l’application du principe de la tirette ?
  • Est-il prévu de réaliser un panneau de signalisation spécifique en vue de promouvoir l’application de la tirette ou tout autre moyen afin de solliciter de la part des automobilistes des comportements positifs ?

En parcourant Bruxelles, les automobilistes et transports publics croisent de nombreux chantiers. Outre la signalisation classique prévue, il me paraît utile de développer également une meilleure communication concernant le respect du principe de la tirette.

Je vous remercie pour vos réponses.

Marc Loewenstein


Pour découvrir le compte rendu des débats, cliquez ici et choisissez la Commission de l’Infrastructure du 17/10/2016. Il est disponible quelques jours après la date du débat.

Dans la même rubrique :

 


Restez informés