La lutte contre l’antisémitisme

Le début de notre législature a été marqué par l’attentat du Musée Juif de Belgique du 24 mai 2014, les 7 et 9 janvier 2015, c’étaient Charlie Hebdo et l’Hypercasher à Paris. Les 13 novembre 2015, 22 mars et 14 juillet 2016, le terrorisme islamiste a encore frappé à Paris et Bruxelles, mais aussi à Nice. Si certains terroristes ont frappé pour causer le plus de victimes, quelles qu’elles soient, d’autres visaient plus spécifiquement des sites juifs pour faire des victimes juives.

En parallèle, les années passent et se ressemblent. Des incidents antisémites ponctuels continuent à être commis en Belgique et, notamment, à Bruxelles, les professeurs de certaines écoles se sentent désarmés lorsque leurs cours sur la Shoa sont perturbés et, si certains sont médiatisés et sanctionnés, d’autres sont trop souvent banalisés.

Question écrite de M. Marc LOEWENSTEIN, Député bruxellois DéFI, M. Rudi VERVOORT, Ministre-Président du Gouvernement bruxellois, chargé des Pouvoirs locaux, de la Politique de la Ville, du Développement territorial, des Monuments et Sites, du Tourisme et des Affaires étudiantes, et à Mme Bianca DEBAETS, Secrétaire d’Etat, chargée de la Coopération au développement, de l’Egalité des Chances, de la Sécurité routière, de l’Informatique et du Bien-être animal.

Concerne : Les actions menées pour lutter contre l’antisémitisme

Le début de notre législature a été marqué par l’attentat du Musée Juif de Belgique du 24 mai 2014, les 7 et 9 janvier 2015, c’étaient Charlie Hebdo et l’Hypercasher à Paris. Les 13 novembre 2015, 22 mars et 14 juillet 2016, le terrorisme islamiste a encore frappé à Paris et Bruxelles, mais aussi à Nice. Si certains terroristes ont frappé pour causer le plus de victimes, quelles qu’elles soient, d’autres visaient plus spécifiquement des sites juifs pour faire des victimes juives.

En parallèle, les années passent et se ressemblent. Des incidents antisémites ponctuels continuent à être commis en Belgique et, notamment, à Bruxelles, les professeurs de certaines écoles se sentent désarmés lorsque leurs cours sur la Shoa sont perturbés et, si certains sont médiatisés et sanctionnés, d’autres sont trop souvent banalisés.

Des mesures particulières de sécurité ont été mises en place, notamment avec le concours de l’armée et la police, les défis sont encore nombreux pour régler le problème à sa source, éduquer les jeunes et moins jeunes à la tolérance plutôt qu’à la haine.

Dans le chapitre « Bruxelles, capitale du vivre ensemble » de notre Déclaration de politique régionale, on peut relever le passage suivant : « En premier lieu, le Gouvernement veillera à développer des projets de prévention contre toute forme de discrimination, de préjugés, de racisme, d’islamophobie et d’antisémitisme, en particulier au sein des écoles et des structures d’accueil pour jeunes (campagnes de sensibilisation, création d’outils pédagogiques…) ».

Si des projets sont développés pour lutter contre le racisme et les discriminations, j’aimerais savoir si des actions visent plus particulièrement la lutte contre l’antisémitisme.

  • Pourriez-vous m’indiquer quelles sont les actions menées depuis le début de la législature pour lutter contre l’antisémitisme ?
  • Le gouvernement s’est engagé à développer des projets de prévention (campagnes de sensibilisation, création d’outils pédagogiques…). Quels sont les projets qui ont été développés depuis le début de la législature ?
  • Certains projets visent-ils plus particulièrement à lutter contre l’antisémitisme ou garantir l’enseignement de la Shoa ?

Marc LOEWENSTEIN