Un pack mobilité pour les Bruxellois

Aujourd’hui, si j’utilise la STIB, j’ai besoin d’un abonnement ou d’un ticket que j’acquiers auprès de la STIB. Si je veux louer un vélo partagé, je dois m’abonner à Villo !. Si je veux utiliser une voiture partagée, j’ai plusieurs opérateurs à ma disposition et, encore une fois donc, plusieurs interlocuteurs auxquels je dois m’adresser avec des systèmes d’abonnement différents. Ceci, sans compter la SNCB et les taxis.

Etant donné qu’il n’y a pas de solution de mobilité unique qui convient à tous, pour encourager la multimodalité, il y a plus de chances que cela fonctionne en faisant occuper une place centrale à l’utilisateur, en facilitant sa vie et simplifiant les démarches pour recourir aux différents modes de transports collectifs existants.

Le système MaaS (Mobility as a Service) qui prévoit des "packs mobilité" a été lancé il y a peu Finlande. Un projet pilote vient d’être mené à Gand. A quand un tel système pour Bruxelles ?

Question orale de M. Marc LOEWENSTEIN, Député bruxellois DéFI, à M. Pascal SMET, Ministre, chargé des Travaux publics, de la Mobilité et des Transports.

Concerne : Mise en place du concept de MaaS à Bruxelles

Le projet Maas (Mobility as a Service) est un nouveau concept visant à améliorer les services proposés par les différents acteurs de la mobilité dans une ville. L’objectif est de développer le service en se centrant sur l’usager plutôt que sur le mode de transport.

Aujourd’hui, si j’utilise la STIB, j’ai besoin d’un abonnement ou d’un ticket que j’acquiers auprès de la STIB. Si je veux louer un vélo partagé, je dois m’abonner à Villo !. Si je veux utiliser une voiture partagée, j’ai plusieurs opérateurs à ma disposition et, encore une fois donc, plusieurs interlocuteurs auxquels je dois m’adresser avec des systèmes d’abonnement différents. Ceci, sans compter la SNCB et les taxis.

Etant donné qu’il n’y a pas de solution de mobilité unique qui convient à tous, pour encourager la multimodalité, il y a plus de chances que cela fonctionne en faisant occuper une place centrale à l’utilisateur, en facilitant sa vie et simplifiant les démarches pour recourir aux différents modes de transports collectifs existants.

Ce système MaaS est très récent. Il a été lancé en Finlande à la fin de l’année 2016. En Belgique, le premier projet MaaS a été lancé par Touring dans la ville de Gand où une cinquantaine de ménages troqueront pendant trois mois leur voiture personnel ou abonnement aux transports publics contre un budget mobilité à dépenser auprès de différents partenaires.

Cette plateforme/application proposerait des packages mensuels sur mesure incluant différents modes de transport (transport public, location de vélo, taxi, voiture partagée, location de voiture, livraison de courses). En fonction de nos besoins, on pourrait opter pour un pack de base (incluant par exemple les transports publics illimités, 8h de location de vélo, 50km de taxi, 4h de voiture partagée), un pack flexible (transports publics et location de vélo illimités, 100km de taxis, 8h de voiture partagée et location de voiture pour un weekend) ou encore le pack illimité.

Si ce projet a été lancé à Helsinki et a été à l’essai à Gand pendant les trois premiers mois de l’année 2017, il a déjà fait ses preuves à l’étranger avec la carte « Hannovermobil » au sein du grand Hanovre. Là-bas, le détenteur d’un abonnement pour les transports publics peut aussi s’en servir pour les voitures partagées et obtenir une réduction auprès des sociétés de taxis locales et d’une société de location de voiture partenaire. A la fin du mois, il obtient une « facture de mobilité » unique. Une expérience similaire a été menée à Göteborg en 2013.

Selon différentes études, notre voiture personnelle est à l’arrêt 96% du temps. Quant au coût d’une voiture personnelle, en comptant l’essence, les entretiens, l’assurance, mais aussi le financement, la perte de valeur, les taxes de mise en circulation et de circulation, le stationnement (privé et public), il oscille autour de 5.000€ par an. Si le confort a un certain prix et que de nombreux automobilistes sont prêts à continuer à le payer, le recours à des schémas alternatifs ne pourra prendre le dessus que s’il est moins cher, et surtout meilleur, en d’autres termes, plus flexible et mieux adaptable à nos besoins.

Ce concept MaaS ne convaincra peut-être pas encore aujourd’hui, pour de bonnes ou de mauvaises raisons, beaucoup d’automobilistes à abandonner leur véhicule personnel pour un nouveau type de mobilité, mais c’est aujourd’hui que nous devons mettre en place les conditions de mobilité de demain.

Compte tenu de ce qui précède, Monsieur le Ministre :

  • Avez-vous pris connaissance de ce projet MaaS ?
  • Avez-vous été contacté pour mettre en place une expérience pilote à Bruxelles ? Dans l’affirmative, quelles sont les raisons pour lesquelles cette expérience n’a pas pu se faire ? Dans la négative, prévoyez-vous de développer une telle expérience à Bruxelles ?
  • Disposez-vous déjà d’échos sur les retours de cette expérience menée à Gand ?
  • Prévoyez-vous de développer un projet similaire à Bruxelles ?
  • Quel est enfin l’état d’avancement du projet d’intégration tarifaire au niveau bruxellois ?

Marc LOEWENSTEIN


Pour découvrir le compte rendu des débats, cliquez ici et choisissez la Commission de l’Infrastructure du 24/04/2017. Il est disponible quelques jours après la date du débat.

Dans la même rubrique :

 


Restez informés