La signalisation du réseau S et la complémentarité entre SNCB et STIB

Les Bruxellois ne sont aujourd’hui pas bien servis en offre de transport ferroviaire intérieure.

Le réseau « S » (ex-RER) est méconnu des Bruxellois par manque de visibilité et est, de ce fait, sous-utilisé.

Ma question vise à interroger le Gouvernement sur les priorités qu’il défend pour améliorer les services de la SNCB à Bruxelles ainsi que sur les modes de communications mis en place pour mieux faire connaître ce réseau aux Bruxellois.

Intervention de Marc LOEWENSTEIN, Député bruxellois DéFI, dans l’interpellation concernant la politique menée en termes de signalétique et d’offre intermodale pour les correspondances STIB et SNCB

Monsieur le Ministre,

Puisqu’on parle de signalisation, j’aimerais intervenir ici sur deux plans, celui du fond et celui de la forme.

Tout d’abord, sur le fond, je voudrais vous interroger sur l’amélioration de la signalisation du réseau S à Bruxelles. En réponse à une question écrite que je vous ai posé cet été sur le sujet, vous m’indiquiez qu’une opération de communication était en cours de conception entre Bruxelles Mobilité, la STIB et la SNCB et que celle-ci était ciblée directement sur l’offre « S » et sur l’intermodalité possible avec le réseau de la STIB.

Pourriez-vous ici m’en dire davantage sur l’état d’avancement de ce travail de conception et sur l’agenda de concrétisation de cette opération sur le terrain ?

Vous m’indiquiez par ailleurs que les seules correspondances reprises de manière détaillées sur les écrans TFT dans les véhicules et dans les annonces vocales sont celles de la STIB, que pour les autres réseaux – De Lijn, Tec, SNCB – seule l’affichage de leur logo ou la mention « chemin de fer » était prévue, idem en station.

L’argument avancé pour expliquer cette situation est le fait qu’il n’est pas possible d’énumérer par exemple les 25 lignes De Lijn à la gare du Nord ou les différents trains (IC, IR, S, Thalys, Eurostar…) à la Gare du Midi, en plus de celles de la STIB, et ce, en 3 langues… Et que pour ce qui est notamment du réseau S, les correspondances ne sont pas assurées certains jours à certaines heures…

Ces arguments, je peux le comprendre partiellement mais c’est néanmoins tout à fait possible et souhaitable de surpasser ces difficultés.

Nous parlons ici d’un mode de communication. Or, il faut exploiter tous les modes de communication à notre disposition.

S’il peut être compliqué pour les raisons évoquées de tout communiquer via la signalisation classique dans les stations, aux arrêts, dans les métros, trams et bus, il est tout à fait envisageable de l’améliorer via les applications mobiles existantes. Même si tous n’en dispose pas et que tous les moyens ne doivent pas être misés sur cet unique mode d’information, il est accessible à un public suffisamment large que pour être davantage développé.

Ma question donc : la réflexion menée par Bruxelles Mobilité, la STIB et la SNCB intègre-t-elle bien cette dimension dans sa réflexion et pourra-t-on profiter des outils technologiques à notre disposition pour bénéficier d’une meilleure information que celle actuellement accessible ?

Ma deuxième question ira à la forme de la signalisation. Nous avons voté le 8 juillet 2016 une résolution relative à l’accessibilité des infrastructures et des équipements de la STIB aux personnes en situation de handicap.

Parmi les demandes du Parlement, il y avait celle de l’adaptation de la signalétique pour les personnes intellectuellement déficientes, qui peuvent être totalement désorientées dans une station de métro ou dans l’espace public. Il était notamment demandé pour elles,

  • un marquage de lignes au sol,
  • la transformation des lettres en pictogrammes représentant le métro, le tram ou le bus, on peut y ajouter le train
  • ou encore l’adaptation de l’ergonomie des bornes d’achat.

J’aimerais savoir où nous en sommes sur ce second point. Il ne s’agit pas ici de mobiliser des moyens équivalents à ceux d’ascenseurs, d’adaptation du charroi ou des infrastructures pour éliminer les lacunes verticales et horizontales, mais des moyens plus modestes et plus rapidement susceptibles d’être mis en place.

Est-ce que vous pouvez nous informer des avancées réalisées sur cette demande du Parlement ?

Marc LOEWENSTEIN


Pour découvrir le compte rendu des débats, cliquez ici et choisissez la Commission de l’Infrastructure du 16/10/2017. Il est disponible quelques jours après la date du débat.