Les conditions de mise en œuvre du programme AVANTI

Question écrite de M. Marc LOEWENSTEIN, Député bruxellois DéFI, à M. Pascal SMET, Ministre, chargé des Travaux publics, de la Mobilité et des Transports.

Concerne : Les conditions de mise en œuvre du programme AVANTI

Dans le cadre du plan AVANTI pour le réseau en surface, divers investissements sont consentis, notamment pour ce qui est des télécommandes de feux ou encore des sites propres. Au-delà de ceux-ci, il est utile de s’interroger sur la stratégie mise en place et l’adéquation entre les différentes mesures prises pour améliorer la mobilité à Bruxelles.

Ainsi, en parallèle à ces mesures, la politique régionale prévoit la mise en place d’aménagements visant à reporter le trafic de transit hors des zones résidentielles et donc sur les voiries régionales et inter-quartiers, voiries également empruntées par les trams et les bus… Ce qui a pour conséquence que les trams et bus sont englués dans le flot de voitures contraintes d’emprunter ces mêmes voiries.

Par exemple, à Forest, l’accès à l’avenue Alexandre Bertrand a été bloqué au niveau de l’avenue Besme. La conséquence est que les automobilistes qui veulent sortir de la commune doivent prendre les avenues Victor Rousseau et Jupiter, voiries également empruntées par deux lignes de bus (48 et 54), avec des files qui remontent jusqu’à l’avenue du Domaine pendant les heures de pointe.

  • Comment la Région concilie-t-elle ce report de trafic et la nécessité d’améliorer la vitesse commerciale des transports publics ?
  • Quels sont les données prises en compte pour juger de la vitesse commerciale de la STIB ?

Marc LOEWENSTEIN