La fluidité du carrefour Alsemberg – Vanderkindere – Sept-Bonniers – Van Goidtsnoven

Les temps d’attente aux feux du carrefour Alsemberg – Vanderkindere – Sept-Bonniers – Van Goidtsnoven sont particulièrement longs, ce qui est logique vu la configuration des lieux et le nombre de voiries concernées.

A cela, s’ajoutent les modifications de plans de circulation dans le quartier de l’Altitude 100.

Comme cela a été fait au carrefour Vanderkindere – Albert – Brugmann – Churchill ou encore du carrefour Marlow – Brugmann – Wolvendael, il paraît opportun de configurer le carrefour Alsemberg – Vanderkindere en rond-point.

Question orale de M. Marc LOEWENSTEIN, Député bruxellois DéFI, à M. Pascal SMET, Ministre, chargé des Travaux publics, de la Mobilité et des Transports.

Concerne : Fluidité du carrefour Alsemberg – Vanderkindere – Sept-Bonniers

Dans le cadre de son programme d’itinéraires cyclistes régionaux (ICR), la Région a réalisé une série d’aménagements favorisant la circulation des cyclistes mais également empêchant désormais les automobilistes de traverser certaines voiries.

Si l’on peut comprendre la logique régionale de vouloir apaiser les quartiers résidentiels du trafic de transit et reporter la circulation vers les voiries régionales, il est également important de tenir compte des habitants qui vivent dans ou à proximité des zones protégées et qui doivent pouvoir partir de chez eux le matin et rentrer le soir.

Dans le quartier de l’Altitude 100 à Forest, la Région a réalisé deux chantiers générant un impact sur la mobilité :

- l’avenue des Armures, composées de deux tronçons, à l’origine en double sens, a ainsi été mise en sens uniques inversés empêchant ainsi les automobilistes de la traverser entièrement ;
- quant au carrefour Jupiter – Besme – Alexandre Bertrand, il a été fermé de telle sorte qu’il n’est notamment plus possible de sortir ou d’entrer de/dans la zone Altitude 100.

Si cette situation peut apaiser les voiries directement impactées (Armures et Alexandre-Bertrand), le trafic automobile se reporte d’une part sur les voiries voisines encore accessibles, de l’autre, sur les sorties restantes de cette zone de Forest, à savoir d’une part l’axe Rousseau-Jupiter par lequel passent les lignes de bus 54 et 48 et, d’autre part, le dernier tronçon de l’avenue des Sept Bonniers (qui se termine par un feu) où les fils sont particulièrement importantes le matin.

Dans cette zone de Bruxelles, plusieurs carrefours à feux complexes, avec passage de trams, ont été dernièrement aménagés en ronds-points. C’est le cas du carrefour Brugmann – Vanderkindere – Albert – Churchill ou encore du carrefour Marlow – Brugmann – Wolvendael pour ne citer que ces deux exemples. Et cette nouvelle configuration fonctionne bien et fluidifie la circulation.

Dans la foulée des aménagements de ronds-points déjà réalisés, est-il prévu d’en faire de même au carrefour Alsemberg – Vanderkindere – Coghen – Sept-Bonniers – Van Goidtsnoven ? Compte tenu de sa configuration et en le comparant aux deux autres exemples, un tel aménagement pourrait certainement améliorer la fluidité de la circulation, en particulier pendant les heures de pointes du matin et compenser ainsi en partie l’impact des aménagements ICR réalisés dans le quartier.

De manière plus générale, Bruxelles Mobilité suit-elle une logique particulière de transformation de carrefours à feux en ronds-points ou agit-elle au cas par cas ?

Marc LOEWENSTEIN


Pour découvrir le compte rendu des débats, cliquez ici et choisissez la Commission de l’Infrastructure du 05/03/2018. Il est disponible quelques jours après la date du débat.

Dans la même rubrique :

 


Restez informés