L’évaluation de la zone de basses émissions

Question écrite de M. Marc LOEWENSTEIN, Député bruxellois DéFI, à M. Alain MARON, Ministre, chargé de la Transition climatique, de l’Environnement, de l’Energie et de la Démocratie participative.

Concerne : L’évaluation de la zone de basses émissions

Depuis le 1er janvier 2018, à l’instar de plusieurs grandes villes européennes, la Région Bruxelloise est devenue une zone de basse émission. Cette mesure a pour but d’améliorer la qualité de l’air en interdisant la circulation des véhicules les plus polluants sur le territoire régional.

Lors du confinement, une diminution moyenne de 80% du trafic routier a été enregistrée au travers du pays. L’occasion donc de pouvoir observer les effets de la diminution des véhicules sur la qualité de l’air dans notre région. Durant cette période, alors que les gaz polluants ont diminué de près de 50% en moyenne dans notre région, le taux de particules fines, excessivement nocives pour la santé, n’a, lui, pas diminué.

Ces nouveaux éléments m’amènent à vous questionner sur les effets de la LEZ sur la qualité de l’air bruxellois.

Il nous paraît en effet important, dans un souci de bonne gouvernance et de saine gestion publique, d’évaluer périodiquement les actions du Gouvernement afin d’en tirer les leçons et adapter nos politiques pour répondre au mieux aux objectifs poursuivis.

Dès lors, Monsieur le Ministre, pourriez-vous m’indiquer :

* Si une évaluation de la LEZ est prévue ou en cours ? Dans l’affirmative, quand cette évaluation sera-t-elle disponible ? Sur quoi porte exactement cette évaluation ?

  • Disposez-vous dès à présent de données concernant l’efficacité de la LEZ ?
  • Disposez-vous d’un état des lieux des impacts positifs et négatifs de la LEZ ?
  • Au regard de cet état des lieux, avez-vous prévu d’ajuster le dispositif de la LEZ ?

Je vous remercie pour vos réponses.

Marc LOEWENSTEIN

Dans la même rubrique :

 


Restez informés