Les vélos ventouses ou abandonnés à Bruxelles

Question écrite de M. Marc LOEWENSTEIN, Député bruxellois DéFI, à Mme Elke VAN DEN BRANDT, Ministre, chargée des Travaux publics, de la Mobilité et de la Sécurité routière.

Objet : Les vélos ventouses ou abandonnés à Bruxelles

À l’instar d’autres capitales européennes, la Région bruxelloise n’échappe pas au phénomène des vélos « ventouses », ces vélos qui restent stationnés en voirie à un même emplacement (arceau, poteau, barrière…) pendant une très longue période. Ces vélos ont souvent un propriétaire et monopolisent parfois pendant des semaines voire des mois des places de stationnement ou des poteaux qui pourraient être utiles à celles et ceux qui utilisent leur vélo comme mode de déplacement principal et qui n’ont pas la possibilité de rentrer leur vélo dans un garage, un parking à vélo ou un box à vélo sécurisé. A ces vélos, il faut ajouter ceux qui sont purement et simplement abandonnés par leurs propriétaires. Et il est parfois difficile de faire la distinction entre ces vélos « ventouses » et « abandonnés », dont certains finissent en « épaves ».

L’application FixMyStreet permet le signalement de vélos abandonnés, partagés ou privés. En Région bruxelloise, environ 800 vélos abandonnés sont collectés chaque année.

Compte tenu de ce qui précède, mes questions seront les suivantes :

  • Existe-t-il actuellement une politique spécifique de la Région bruxelloise au sujet des vélos « ventouses »/« abandonnés » ? Quelles sont les actions menées actuellement en termes de prévention et de répression ?
  • Les actions sont-elles différentes selon qu’il s’agit de vélos « ventouses » ou « abandonnés » ?
  • Le Plan de stationnement vélo décennal approuvé dernièrement par le Gouvernement prévoit de renforcer la lutte contre les vélos ventouses en créant un système unique d’enlèvement ; cela englobe-t-il également les vélos « abandonnés » ? Quels sont les objectifs et actions prévus dans ce Masterplan en matière de lutte contre ce phénomène ? Quand ce plan sortira-t-il ses effets ?
  • Une étude récente sur le phénomène des vélos « ventouses » ou « abandonnés » en Région bruxelloise est-elle disponible ? Dans l’affirmative, pouvez-vous me la communiquer ?
  • Plus particulièrement pour ce qui concernent les boxes à vélo pour lesquels les bénéficiaires paient un abonnement annuel, leur utilisation est conditionnée à un usage fréquent ou y constate-t-on également un phénomène de vélos « ventouses » ?
  • Enfin, pourriez-vous m’indiquer combien de vélos abandonnés, privés ou publics, ont été signalés via l’application FixMyStreet en 2019 et 2020 ?

Je vous remercie pour vos réponses,

Marc LOEWENSTEIN

Dans la même rubrique :

 


Restez informés