La lutte contre les dépôts clandestins en Région bruxelloise

Question écrite de M. Marc LOEWENSTEIN, Député bruxellois DéFI, à M. Maron, Ministre, chargé de la transition climatique, de l’environnement, de l’énergie et de la démocratie participative.

Concerne : La lutte contre les dépôts clandestins en Région bruxelloise

Dans sa déclaration de politique générale, le Gouvernement régional avait annoncé poursuivre les efforts déployés en matière de lutte contre les dépôts clandestins et les déchets sauvages, dans une stratégie de tolérance zéro.
Comme vous le savez, la crise du coronavirus a eu un fort impact sur le nombre de dépôts clandestins enregistrés : le nombre de plaintes pour dépôts clandestins entre la mi-mars et la mi-avril en 2020 était de 1.524, contre un total de 677 enregistré à la même période en 2019.

Interrogé à ce sujet, vous aviez répondu lors de la commission de l’environnement et de l’énergie du 14 octobre 2020 que face à l’augmentation du nombre constaté de dépôts clandestins, il fallait mettre en place de nouvelles solutions efficaces, telles que l’augmentation du nombre de recyparks. En février 2021, vous avez annoncé le lancement du plan de stratégie de propreté urbaine qui inclut la lutte contre les dépôts clandestins en trois axes, à savoir la prévention, la réaction et la répression, ainsi que la création d’un groupe de travail sur les dépôts clandestin.

Compte tenu de ce qui précède, pourriez-vous m’indiquer :

  • Combien de tonnes de dépôts clandestins sont collectées en moyenne chaque jour à Bruxelles sur les 6 derniers mois ?
  • Combien de tonnes de dépôts clandestins sont collectées par mois à Bruxelles en 2019 et 2020 ?
  • Quel est le coût de l’évacuation de ces déchets clandestins ?
  • Chez quel opérateur sont-ils évacués ? Le marché qui nous lie à cet opérateur est un marché annuel ou sur plusieurs années ?
  • Où en êtes-vous dans l’ouverture de nouveaux recyparks ? Quel est l’agenda et les lieux choisis pour en implanter de nouveaux ?
  • Quels sont les retours faits par le groupe de travail sur les dépôts clandestins ? A-t-il livré des solutions autour des trois axes exposés : prévention, réaction et répression ?

Je vous remercie pour vos réponses.

Marc LOEWENSTEIN

Dans la même rubrique :

 


Restez informés