Les nuisances occasionnées par la vitesse des trams sur l’avenue du Derby

Depuis plusieurs années, les riverains de l’avenue du Derby se plaignent de nuisances, de jour comme de nuit, occasionnées par le passage des trams 8 et 25 sur le tronçon Place Marie-José jusqu’à l’avenue du Brésil.

La vitesse excessive des trams, dans cette zone limitée à 30km/h, occasionne, en outre des sifflements, tremblements des murs et vrombissements, une grande insécurité pour les piétons et cyclistes et un danger pour les écoles environnantes.

S’il est vrai que les trams ne sont pas soumis à cette limitation à 30km/h, il est difficilement compréhensible pour les riverains - qui subissent les nuisances liées principalement à la vitesse - que cette vitesse des trams ne soit pas limitée à cet endroit précis.

Question orale de M. Marc LOEWENSTEIN, Député bruxellois DéFI, à Mme Elke VAN DEN BRANDT, Ministre, chargée des Travaux publics, de la Mobilité et de la Sécurité routière, et à M. Alain MARON, Ministre, chargé de la Transition climatique, de l’Environnement, de l’Energie et de la Démocratie participative.

Concerne : Les nuisances occasionnées par la vitesse des trams sur l’avenue du Derby

Madame et Monsieur les Ministres,

Depuis décembre 2018, les riverains de l’avenue du Derby dans la commune d’Ixelles se plaignent de nuisances sonores et vibratoires difficilement supportables, de jour comme de nuit, occasionnées par le passage des trams 8 et 25 sur le tronçon Place Marie-José jusqu’à l’avenue du Brésil.
La vitesse excessive des trams, dans cette zone limitée à 30km/h, occasionne, en outre des sifflements, tremblements des murs et vrombissements, une grande insécurité pour les piétons et cyclistes et un danger pour les écoles environnantes. De nombreux voisins ont fait état d’incidents survenus dans les derniers mois. S’il est vrai que les trams ne sont pas soumis à cette limitation à 30km/h, il est difficilement compréhensible pour les riverains - qui subissent les nuisances liées principalement à la vitesse - que la vitesse des trams ne soit pas limitée à cet endroit précis.

Des travaux ont été effectués en 2018, notamment le remplacement des rails, avec pour objectif annoncé par la STIB de réduire le bruit et les vibrations. Ces mesures, couplées à l’augmentation de la fréquence des trams dans cette zone, ne semblent avoir fait qu’aggraver les nuisances ressenties.

La STIB avait, en réponse au premier message des riverains, rappelé exploiter le réseau de transports publics dans le respect des règles en vigueur en matière de sécurité et de nuisances aux riverains. Elle avait également précisé rester résolument à l’écoute de riverains qui se plaindraient de nuisances perçues au passage de leurs véhicules.

Non-satisfaits de l’évolution du dossier, le 10 octobre 2020, après une longue période de discussions et rencontres avec la STIB, une lettre, ainsi qu’une pétition ont été envoyées à M. Maron, ainsi qu’à l’Echevin de la mobilité et au bourgmestre d’Ixelles.
Suite à l’absence de réponse de la part de M. Maron ainsi que de la commune d’Ixelles, la pétition ayant pour objectif la mise en œuvre de mesures en application de l’article 10 de l’Ordonnance du 17 juillet 1997 relative à la lutte contre le bruit en milieu urbain a été transmise à Bruxelles Environnement.
Le 28 janvier 2021, Bruxelles Environnement a finalement rejeté la demande d’introduction de l’article 10 au motif que le seuil du tiers de riverains n’était pas atteint. Bruxelles Environnement ne réalisera donc pas de campagne de mesures acoustiques et vibratoires en faveur des riverains de la zone concernée.

Aujourd’hui, et au terme de plus de deux ans de démarches, les riverains de l’avenue du Derby souffrent toujours de ces nuisances, de 5 heures du matin jusqu’au-delà d’une heure du matin. Le bruit et les vibrations engendrées par le passage des trams 8 et 25, sont dues, selon les riverains, en grande partie à la vitesse des trams, qui est régulièrement enregistrée à plus de 40km/h sur ce tronçon par un indicateur de vitesse. Dans la direction de la descente de l’avenue, l’indicateur de vitesse installé en face du numéro 31 constate des vitesses du tram supérieures à 50km/h.

Vous comprendrez le sentiment d’insatisfaction que ressentent les citoyens lorsque, face à de telles situations, ils entament des démarches interminables qui se soldent par des réponses insatisfaisantes voir parfois inexistantes. Par ailleurs, la question des risques occasionnés par la vitesse des trams vis-à-vis des piétons, cyclistes et écoles environnantes est restée sans réponse.

Il incombe à la Région bruxelloise, à la STIB et à la commune d’Ixelles de prendre les mesures nécessaires afin de remédier le plus rapidement possible à cette situation et préserver la qualité de vie des riverains.
Il faut, d’une part, procéder à une objectivation rapide des nuisances et, d’autre part, que la STIB installe, comme cela a été demandé à de multiples reprises, un ralentisseur spécifique aux trams sur le tronçon en question. Cela permettrait de soumettre les trams à la vitesse maximale de 30km/h et de réduire les nuisances ressenties par le voisinage.

Depuis le dépôt de ma question au greffe, des mesures semblent avoir été effectuées par la STIB sur l’avenue du Derby, mesures contestées par des riverains car le véhicule opérant ces mesures est un véhicule facilement identifiable comme appartenant à la STIB et les chauffeurs de tram semblaient davantage ralentir à la vue de cette voiture par rapport à leurs tournées habituelles...

Compte tenu de ce qui précède, j’aimerais vous poser les questions suivantes :

  • Quelles actions peuvent être rapidement prises afin de procéder aux mesures nécessaires des nuisances sonores occasionnées par la vitesse des trams entre les arrêts Marie-José et Brésil ?
  • Plus largement, quelles actions peuvent être appliquées afin de faciliter dorénavant la mise en œuvre de campagnes de mesures des nuisances sonores par les transports en commun ?
  • Quelles actions peuvent être prises par la Région afin de renforcer l’effectivité du Plan bruit vis-à-vis de plaintes concernant les nuisances sonores dues aux transports en communs ?
  • Comment expliquer les réponses insuffisantes apportées par la STIB face à l’ampleur des nuisances relatée sur la qualité de vie des habitants du quartier ? Je suis bien conscient que la vitesse commerciale est importante pour la STIB et que rouler plus vite à certains endroits permet de récupérer le temps perdu ailleurs. Je sais également que les trams ne sont pas soumis à la limitation de vitesse à 30km/h. Ne pourrait-on pas néanmoins, au regard des nuisances subies par les riverains, prévoir une limitation de vitesse et un dispositif ralentisseur pour les trams qui parcourent cette avenue ?

Je vous remercie pour vos réponses.

Marc LOEWENSTEIN


Pour découvrir le compte rendu des débats, cliquez ici et choisissez la Commission Mobilité du 20/04/2021. Il est disponible quelques jours après la date du débat.

Source photo : Google street view

Dans la même rubrique :

 


Restez informés