La gestion des conflits au sein du service Prévention

interpellation concernant le service Prévention et les suites données par le Collège au rapport de la secrétaire communale du 30 avril 2020 et au courrier collectif du 29 avril 2020

Lors du Conseil communal du 7 juillet dernier, j’ai interpellé le Collège sur l’action syndicale du 13 février 2020, sur la situation du service prévention et, notamment, sur les relations difficiles entre l’échevine de la prévention et la fonctionnaire de prévention, ainsi que sur le déplacement de cette dernière vers un autre département.

En conclusion de cette interpellation, j’ai rappelé la nécessité de revoir en profondeur ce département important pour la population forestoise afin qu’il puisse exercer ses missions dans la sérénité.

J’ai par ailleurs demandé et obtenu de la part de la secrétaire communale son rapport du 30 avril 2020 présenté au Collège et faisant suite aux auditions de membre du personnel du service prévention, ainsi que copie du courrier du 29 avril 2020 adressé au Collège et pointant divers dysfonctionnements et relations compliquées.

Afin de me faire une idée concrète des problèmes vécus au sein de ce service ô combien essentiel, j’ai consulté l’ensemble du dossier reprenant toutes les auditions.
Il en ressort un malaise, des tensions et des dysfonctionnements évidents, des conflits d’intérêts, des menaces, des cas de vandalisme, de non-respect des missions. Quant à certains travailleurs, ils ont l’impression que le département de la prévention s’est progressivement coupé de la réalité du terrain, notamment pour ce qui concerne la problématique de la drogue. J’ai pu également le témoignage d’une victime d’insultes répétées et de moqueries sur ses origines. Un comble pour un service qui doit prévenir et apaiser les tensions dans les quartiers et plus particulièrement lutter contre le racisme !

Au vu de la situation, il me semble important de revenir dès maintenant sur ce dossier et prendre connaissance des mesures prises par le Collège.

Depuis ma dernière interpellation, on a pu pointer plusieurs éléments neufs :
- la présentation de l’analyse sur les risques psycho-sociaux réalisée par Mensura aux organisations syndicales, au Collège, puis aux conseillers communaux lors d’une commission
- l’engagement d’un nouveau fonctionnaire de prévention.
- ou encore des discussions en Collège sur le cadre du service prévention.

Si nous saluons l’engagement d’un nouveau fonctionnaire de prévention, il est indispensable que les conditions soient mises en place pour que chacun puisse exercer ses missions dans l’intérêt des Forestois et du service public et que les énergies ne soient plus mobilisées sur les querelles internes. Depuis la création du service de la prévention en 1997, 11 fonctionnaires de prévention se sont succédés, leur durée de vie au sein du service est donc en moyenne de 2 ans !

En tant que responsable de l’administration communale, le Collège ne peut laisser la situation en l’état et se doit de prendre des décisions claires et fortes.

Compte tenu de ce qui précède, j’aimerais vous poser les questions suivantes :

  • Quelles mesures ont été prises par le Collège à la suite du rapport de la secrétaire communale du 30 avril 2020 ? Certaines recommandations y ont été proposées ? Quelles suites ont été données plus particulièrement à ses recommandations ?
  • Quid plus particulièrement des témoignages relatant des dysfonctionnements, des conflits d’intérêts, des menaces, mais aussi celui d’une victime d’insultes répétées et de moqueries sur ses origines ?
  • Quelles suites ont été apportées au courrier du 29 avril 2020 de plusieurs membres du personnel de la prévention dénonçant les dysfonctionnements et relations compliquées avec l’échevine ? Quelles sont les mesures que l’échevine a prise pour améliorer la situation, mettre fin aux conflits d’intérêt dénoncés et se rendre légitime aux yeux du service important dont elle a la charge ?
  • Quelles suites sont données à l’analyse de Mensura ?
  • Un nouveau fonctionnaire de prévention est aujourd’hui en fonction et c’est très bien : quelles actions ont été menées ou entamées afin qu’il puisse faire son travail, exercer ses missions dans les meilleures conditions et ne pas connaître la même destinée que ses 11 prédécesseurs depuis 1997 ?

Marc Loewenstein