Un terminus du tram 7 à Albert

|

Le dossier de la prolongation du tram 7 semble quelque peu s’enliser, la consultation citoyenne étant reportée sans nouvelle date annoncée. Le projet de terminus du tram 7 sous l’avenue Besme est dès lors également bloqué dans la mesure où sa construction dépendra du tracé finalement choisi.

Entretemps, on ne peut pas rester les bras croisés. Nous devons trouver une solution pour intégrer le tram 7 dans la station Albert dès la mise en service du métro 3 en 2025.

Une solution existe. Elle est peu coûteuse comparée au budget global de rénovation de la station, peut être mise en place dans les temps, sans nouveau permis, et sera bénéfique tant pour les Ucclois que les Forestois.

Question orale de M. Marc LOEWENSTEIN, Député bruxellois DéFI, à Mme Elke VAN DEN BRANDT, Ministre, chargée des Travaux publics, de la Mobilité et de la Sécurité routière.

Objet: Le terminus du tram 7 dans la station Albert et l’alternative à l’arrière gare sous Besme

J’ai déjà eu l’occasion de vous interroger à plusieurs reprises sur le dossier du tram 7, son terminus à Albert et sa prolongation vers Forest. J’aimerais revenir ici sur le terminus à Albert.

L’option initiale développée par la STIB est la création d’un terminus sous l’avenue Besme. Même si celle-ci fait déjà l’objet d’un dossier technique qui pourrait être rapidement mué en demande de permis, elle nécessite de faire un choix en fin de ligne, à savoir aller tout droit si l’option de prolongation de ligne retenue est celle sous le parc de Forest, ou alors tourner vers la gauche pour remonter en surface vers Marie-Henriette si c’est l’option en semi-surface qui est retenue. Elle requiert par ailleurs une étude d’incidences vu qu’il s’agit d’une extension souterraine. Par ailleurs, même si le projet était lancé maintenant, il ne pourrait être concrétisé lors de l’entrée en service du métro en 2025.

De plus, les travaux sous Besme seront lourds. Pour réaliser ce terminus souterrain sous l’avenue Besme, vu l’absence de profondeur, il est impossible de travailler avec un tunnelier. Il n’y aurait pas d’autre solution que de réaliser des tranchées à recouvrir ensuite. Or, l’avenue Besme a été rénovée il y a quelques années dans le cadre des itinéraires cyclistes régionaux. La rouvrir aujourd’hui serait dommage et impacterait tant les riverains que la mobilité dans le quartier.

Si une option plus légère et adaptée à la situation est envisageable pour faire coïncider la mise en service du métro et l’arrivée du tram 7 à Albert, il me semble logique de s’en saisir. Cela ne compromettra pas une prolongation future du tram 7, quel que soit le schéma privilégié.

Dès lors, j’aimerais venir vers vous avec cette troisième option que j’ai eu l’occasion d’aborder en 2017 avec votre prédécesseur mais qui avait été mise sur le côté pour privilégier l’option Besme. Aujourd’hui, nous ne sommes plus dans la même situation et elle semble reprendre du crédit. L’idée est de prévoir dans la station Albert actuellement en chantier une voie supplémentaire en arrière gare visant à mettre en place un système de « tiroir » permettant au tram 7 de manœuvrer à l’intérieur de la station. Aujourd’hui, une voie est déjà prévue pour la ligne 4. Il semble y avoir la place pour en créer une seconde. L’avantage de cet ouvrage est qu’il peut coïncider avec la mise en service du métro et que, hormis l’une ou l’autre étude technique ponctuelle, il ne nécessite pas de permis d’urbanisme. Son coût serait par ailleurs anecdotique par rapport au coût de rénovation de la station Albert et au coût de la création d’une arrière gare sous l’avenue Besme.

Cette option temporaire permettra de prolonger enfin le tram 7 de Vanderkindere à Albert, et d’améliorer ainsi la connexion des Ucclois à Albert et au métro, et celle des Forestois vers l’ULB. Le seul point négatif est que, pour que l’exploitation de la ligne 7 se fasse de manière fluide, certains trams 7 devront être « barrés » et s’arrêter à Vanderkindere. Ce qui est finalement un moindre mal vu qu’ils s’arrêtent aujourd’hui tous à Vanderkindere.

Cette option est par ailleurs de bonne gestion puisqu’elle maximisera les possibilités de mettre des trams dans les volumes existants plutôt que d’en créer de nouveaux.

Au regard du tableau que je viens de dresser, mes questions seront directes :

  1. Est-ce que le Gouvernement a été saisi de cette option de créer une 2ème voie ? Dans l’affirmative, a-t-elle été accueillie favorablement ? Dans la négative, quelle est sa position sur cette option ?
  2. Au vu de la situation et des avantages qu’elle présente, le Gouvernement prévoit-il d’inviter la STIB à la mettre en œuvre ?

Je vous remercie pour vos réponses.

Marc Loewenstein


Pour découvrir le compte rendu des débats, cliquez ici et choisissez la Commission Mobilité du 19/10/2021. Il est disponible quelques jours après la date du débat.

Précédent

Le transfert de chauffeurs de bus en taxi

Les dérogations à la LEZ pour les personnes handicapées et âgées

Suivant