Interpellations

Tram de la STIB

Les suites données aux soupçons de fraude aux badges au sein de la STIB

Si la fraude à la pointeuse peut paraître anodine pour certains tant elle est courante et pas facilement contrôlable, il est important de vérifier son ampleur. En l’espèce, si les témoignages sont confirmés, nous ne serions pas ici face à un cas isolé mais à un système impliquant des agents de la STIB à différents niveaux.

S’agissant ici de deniers publics et de la plus grande entreprise publique de Bruxelles, il est absolument nécessaire que la STIB soit irréprochable dans sa gestion de cette affaire et intransigeante dans sa réaction. C’est une question de bonne gouvernance et c’est de l’intérêt même de la STIB de faire toute la lumière.

Les logements adaptés aux besoins spécifiques des personnes handicapées

Pour qu’une personne à mobilité réduite puisse circuler, notamment, en fauteuil roulant dans son habitation, il faut impérativement que le logement respecte une série de normes strictes.

Or, il apparaît que la grande majorité des biens immobiliers mis en location en région bruxelloise ne satisfont pas à ces exigences, et qu’ils ne peuvent, dès lors, pas accueillir des locataires à mobilité réduite.

Plus encore, sur les 39.547 logements sociaux (publics) bruxellois, seuls 2.382 (6%) sont accessibles, seuls 400 sont adaptables (1%), seuls 303 sont adaptés (0,8%) et seuls 45 logements (0,1%) sont adaptés et peuvent bénéficier d’un service d’aide aux actes de la vie journalière…

Pour rappel, le droit au logement est un droit fondamental, que l’on soit valide ou pas, et l’objectif régional est que 100% des logements sociaux soient accessibles.

La mise en conformité et la préservation de la valeur patrimoniale des ascenseurs anciens

En 2003, un arrêté a été adopté afin que les ascenseurs datant d’avant 1958 soient remis aux normes sécuritaires, et ce, avant le 31/12/2022. Cet arrêté royal relatif à la sécurité des ascenseurs, fondé sur une recommandation européenne de 1995, impose ainsi aux propriétaires d’ascenseurs un programme de modernisation.

Seulement, parmi les ascenseurs, certains, en particulier ceux datant d’avant 1958, ont une valeur patrimoniale certaine qui mérite d’être préservée, et ce, bien sûr, dans le respect des normes de sécurité.

L’accessibilité des voiries et transports en commun bruxellois aux personnes à mobilité réduite

Quand l’on sait que les personnes à mobilité réduite au sens large – personnes en chaise roulante, personnes âgées, parents conduisant une poussette, malvoyants, malentendants, déficients intellectuels… – constituent 35% de la population, et que l’on sera tous à l’un ou l’autre moment de notre vie une PMR, on ne peut plus se permettre de laisser l’accessibilité au rang des slogans, elle doit être une réalité concrète.

Une personne en situation de handicap, c’est d’abord une personne. Le handicap, il est handicapant parce que la marche du trottoir est trop haute, parce que l’administration communale ou le magasin est inaccessible, parce que le quai de la gare ou le métro sont mal conçus, parce qu’une information n’est pas accessible sur un site internet.

Si la planification des travaux existe, s’il y a une concertation effective avec le secteur, il reste encore du chemin avant d’offrir une Région accessible et inclusive pour tous, une Région où chaque Bruxellois, chaque usager puisse profiter d’une vie sociale, professionnelle et culturelle en toute autonomie.

La sensibilisation et le statut du burn-out

Le 26 avril dernier, la résolution relative à la sensibilisation et au statut du burn-out était adoptée.

Un premier pas avait été fait au Parlement francophone bruxellois pour une prise en charge pluridisciplinaire et spécifique du burn-out, pour sensibiliser les employeurs et les managers au burnout ou encore pour la mise en place d’un projet-pilote burn-out dans l’administration de la Cocof. Une demande importante avait été alors faite au niveau fédéral, celle de reconnaitre les cas de burn-out les plus graves afin que leurs victimes bénéficient d’indemnités plus importantes.

Plusieurs mois après le vote de cette résolution, il est temps de reprendre le dossier et de suivre l’action du gouvernement en la matière. Ce vendredi 8 novembre, j’ai interpellé le Ministre de la Santé sur le sujet.

L’intégration tarifaire et le développement d’un MaaS dans et autour de Bruxelles

Si les pouvoirs publics promeuvent, comme c’est repris dans les différentes déclarations de politique générale, un transfert modal, un changement des comportements en terme de mobilité, à eux de montrer l’exemple et d’imposer à la STIB, De Lijn, TEC et la SNCB de s’entendre sur des tarifs harmonisés et proposer une plateforme moderne facilitant la vie des usagers.

Les mentalités évoluent, les modes de consommation et la technologie aussi, on n’achète plus de CD, on ne loue plus de DVD, mais on s’abonne à Spotify et à Netflix, il faudrait faire pareil au niveau de la mobilité.

À Bruxelles et dans sa zone métropolitaine, malgré l’offre diversifiée, la vie des usagers des transports en commun est rendue particulièrement difficile par la multitude des titres de transport et d’abonnements des prestataires publics et privés. STIB, De Lijn, TEC, SNCB, Villo, Cambio, taxis, Uber, Carasap, Jump, trottinettes, Drive Now, Poppy, Ubeequo, Interparking, Q-Park, Parking.Brussels… Il existe aujourd’hui presque autant de titres et d’abonnements que d’opérateurs. On ne peut que s’y perdre.

Le projet de taxation kilométrique intelligente de la Flandre

Une étude commanditée par le gouvernement flamand conclut que, pour diminuer la congestion sur certaines zones de Flandre, il faut instaurer une taxe kilométrique intelligente sur les véhicules légers roulant sur tout le territoire de la Région flamande.

Si la Flandre avance seule, cela signifiera que les Bruxellois devront payer en sortant de Bruxelles, alors que 220.000 navetteurs continuent à y entrer quotidiennement gratuitement !

De son côté, la Wallonie veut instaurer une vignette…

Un vrai dialogue de sourds… Quand va-t-on enfin travailler de concert et pour l’intérêt général?

La vision interfédérale de la mobilité

Stop aux luttes d’égos et avançons tous ensemble dans l’intérêt des usagers.

Ce 14 janvier, le ministre fédéral de la Mobilité, François Bellot, présentait à ses trois homologues régionaux sa « vision interfédérale pour 2030 ». Son souhait est la création d’une agence de coordination, avec une approche numérique, mais aussi fiscale et sociale.

Les ministres flamands et bruxellois de la mobilité ont rejeté cette main tendue du Fédéral. Ils estiment qu’il s’agit là d’une « erreur tactique » qui s’assimile à « la Belgique de papa »….

De leurs côtés, les organisations patronales FEB, UWE, Voka et BECI soutiennent cette vision interfédérale et appellent les ministres compétents à travailler ensemble…

L’application des conventions relatives au balayage et au nettoyage entre l’Agence Bruxelles-Propreté et chaque commune bruxelloise

Le principe de base est que les agents communaux nettoient les voiries communales alors que les agents régionaux (de Bruxelles Propreté) nettoient les voiries régionales.

Un outil a été mis en place pour améliorer l’organisation de ce nettoyage et mieux répartir les compétences entre les communes et la Région, ceci, au travers de conventions.

Ces conventions permettent notamment aux communes de revoir avec l’ABP la répartition des voiries à nettoyer, soit en augmentant les voiries à nettoyer par l’ABP moyennant compensation financière, soit en compensant par une prise en charge par la commune de voiries régionales.

Ainsi, une commune pourrait dire « la rue x est sale et je n’arrive pas à la gérer seule. Ce serait bien que la Région vienne en renfort quitte à ce qu’elle passe un jour de moins sur l’avenue Y qui est généralement propre ».

Or, cela fait plus de deux ans que les conventions sont adoptées et l’aménagement des tournées n’est toujours pas possible.

L’accessibilité des transports en commun bruxellois aux personnes à mobilité réduite

Il y a 2 ans, le parlement bruxellois a adopté une résolution relative à l’accessibilité des infrastructures et des équipements de la STIB aux personnes en situation de handicap.

Une évaluation régulière de ce dispositif est nécessaire.

Par ailleurs, le rapport annuel 2017 d’Unia et du CAWaB – Collectif Accessibilité Wallonie Bruxelles est sorti et est revenu sur la problématique.

Mon interpellation développée vise à interroger le ministre de la Mobilité sur l’état d’avancement de cet important dossier.