L’inclusion des travailleurs en situation de handicap au sein de l’administration communale de Forest

Chaque commune doit occuper 2,5% de travailleurs en situation de handicap.

Forest en occupe à ce jour 0,54%, soit 4 travailleurs (équivalent temps plein (ETP)) sur 740,4 ETP au total, alors qu’elle devrait en occuper 18,51. Seule Ganshoren fait moins bien avec 0,357%. Les meilleurs élèves sont Auderghem (2,983%), Uccle (4,035%) et Saint-Josse (4,736%).

DéFI pointe l’incohérence de la majorité Ecolo-PS entre ses engagements (déclaration de politique générale : « Assurer le quota de la fonction publique de personnes en situation de handicap dans le personnel communal ») et ses actes.

Budget 2021

DéFI dénonce le freestyle du Collège ECOLO-PS et demande d’urgence l’envoi d’un inspecteur régional.

Le 16 février 2021, le conseil communal de Forest s’est réuni pour adopter le budget … 2021. Outre le fait que ce budget n’a pas été voté dans les temps, soit en novembre 2020 pour qu’il soit exécutoire dès le début de l’année, DéFI voit rouge à l’analyse des chiffres proposés et plaide pour l’arrivée rapide d’un inspecteur régional.

Le recours au Conseil d’Etat contre le second acte de présentation des échevins forestois

Le Conseil d’État a donné raison au Collège des bourgmestre et échevins forestois (Ecolo/PS) en ne jugeant pas irrégulière la manœuvre qui consiste à poser un nouvel et second acte de présentation d’échevins alors qu’un premier a déjà été signé par ailleurs.

Dès lors, il serait parfaitement légal de s’asseoir sur un accord de majorité après l’avoir conclu. Cet arrêt autorise ainsi les élus communaux à trahir un accord de majorité, à revenir sur leur signature. Un très mauvais signal donné par Ecolo Forest en matière de transparence et de moralisation de la vie publique.

Le développement du réseau de la STIB et le choix des modes de transport

La STIB mène aujourd’hui et pour le futur divers projets de développement de son réseau.

Ma question vise à s’assurer que le choix du mode de transport à développer se fasse sans exclusive, sans tabou, sans idéologie, en se basant sur des critères objectifs et en tenant bien compte des spécificités des quartiers desservis.

Et si les choix se font aujourd’hui entre le métro, le tram et le bus, un autre mode de transport n’est pas aujourd’hui envisagé, le bus bi-articulé. Ma question visera aussi à savoir dans quelle mesure ce mode de déplacement pourrait être intégré dans l’offre de la STIB.

La limitation de la vitesse des trams en vue des réduire les nuisances subies par les riverains de certaines voiries bruxelloises

Le passage de trams sur diverses voiries bruxelloises peut générer des nuisances en termes de bruits, de vibrations, mais aussi des dégâts sur certaines habitations.

Ces nuisances peuvent survenir notamment à cause de leur vitesse.

Ma question vise à demander le respect des 30km/h à certains endroits problématiques.

Assises contre le racisme et lutte contre l’antisémitisme

A l’occasion des « Assises contre le racisme » organisées par le Parlement bruxellois, j’ai eu l’occasion d’intervenir pour aborder les enjeux de l’antisémitisme.

L’occasion de rappeler notamment sa spécificité, ses origines, ses manifestations concrètes, mais aussi pour rappeler l’importance d’établir le bon diagnostic et ne pas fermer les yeux face à certains constats qui dérangent.

Enfin, j’ai rappelé qu’il n’y avait pas de hiérarchie à établir entre les crimes de haine, que chacune de ses expressions doit être condamnée fermement et par tous.

La gestion des chantiers et l’évaluation de la nouvelle législation

Une bonne coordination temporelle et spatiale des chantiers rend la vie et les déplacements en ville plus agréables pour les habitants, les commerçants et les navetteurs. Elle permet aussi sans doute une meilleure maîtrise des dépenses.

Une bonne information en amont des riverains et des commerçants et une bonne concertation avec ceux-ci permettent qu’ils puissent s’y préparer et, sans doute, de désamorcer de futurs conflits.

L’ordonnance relative aux chantiers a été modifiée en 2018. Nous voici 3 ans après et il est utile de l’évaluer et d’adapter le cas échéant les dispositifs en place pour répondre aux attentes légitimes des habitants, des commerçants et des usagers de la route.